Renforcer les compétences

Children

Le Comité des droits des travailleurs migrants et le Comité des droits de l’enfant, dans leur Observation générale conjointe, ont recommandé aux Etats :

  • D’organiser des formations obligatoires pour les travailleurs sociaux, la police des frontières, les avocats, le personnel médical et les autres professionnels qui sont en contact avec les enfants;
  • De repérer les victimes et de mettre en place des mécanismes d’orientation;
  • De garantir une protection complète, des services de soutien et l’accès à des mécanismes de recours effectifs, y compris à une assistance psychologique et à des informations; et
  • De reconnaître l’importance du rôle des services communautaires et des organisations de la société civile dans la protection des enfants migrants [1].

De même, dans leur rapport conjoint de 2017, la Rapporteuse spéciale sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants et la Rapporteuse spéciale sur la traite des êtres humains, en particulier les femmes et les enfants, ont déclaré :
«Les réponses pour faire face aux crises humanitaires auxquelles nous assistons aujourd’hui sont de plus en plus tributaires du travail des bénévoles, de sorte que les intervenants de première ligne ne sont pas toujours suffisamment formés ou capables de détecter des situations aussi complexes que la traite des êtres humains ou d’autres formes d’exploitation des enfants.» [2]

En réponse à cette préoccupation et à cette recommandation, un groupe interagences composé des organisations suivantes a maintenant chargé le CELCIS, en collaboration avec FXB Harvard, d’élaborer un cours en ligne ouvert à tous (Massive Open Online Course - MOOC) : Better Care Network, la Fédération internationale des communautés éducatives (FICE), la Fédération internationale des travailleurs sociaux (IFSW), Hope and Homes for Children (HHC), le Partenariat mondial pour mettre fin à la violence contre les enfants, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), la Coalition internationale sur la détention (IDC), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Service Social International (SSI), le Réseau latino-américain pour le placement familial (RELAF), Save the Children, SOS Villages d’Enfants International, Terre des hommes (TdH), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).

Ce MOOC récemment commandé sera pertinent pour, et s’adressera à, des milliers de professionnels et bénévoles de première ligne en contact avec des enfants non accompagnés ou séparés et qui sont amenés à prendre des décisions qui affectent la prise en charge et la protection de ces enfants, notamment des personnes qui travaillent au sein d’organisations humanitaires et d’organismes gouvernementaux, des assistants sociaux, des travailleurs du domaine parasocial, des intervenants en soutien communautaire, des avocats, des psychologues, des professionnels de la protection de l’enfance, des enseignants, des membres du personnel médical, des autorités frontalières (par exemple des gardes-frontières et des agents de l’immigration), des membres de la magistrature et des professionnels de la prise en charge, y compris ceux qui travaillent en milieu familial et en institution. Ce MOOC sera également pertinent pour des décideurs politiques et d’autres dirigeants, ainsi que pour les non-initiés et toutes les autres personnes ayant un intérêt ou une responsabilité dans les domaines de la protection de l’enfance ou de la prise en charge des enfants.

Références

[1] Observation générale conjointe n° 4 (2017) du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille et n° 23 (2017) du Comité des droits de l’enfant sur les obligations des Etats en matière de droits de l’homme des enfants dans le contexte des migrations internationales dans les pays d’origine, de transit, de destination et de retour (16 novembre 2017) («Observation générale conjointe n° 4»), paragraphes 43 et 44.

[2] Rapport conjoint de la Rapporteuse spéciale sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants, y compris la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants et autres contenus montrant des violences sexuelles sur enfant, et de la Rapporteuse spéciale sur la traite des êtres humains, en particulier les femmes et les enfants, 
«Vente et exploitation sexuelle d’enfants, y compris la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants et autres contenus montrant des violences sexuelles sur enfant; et traite des êtres humains, en particulier les femmes et les enfants» (18 juillet 2017) («Rapport conjoint des Rapporteuses spéciales»), paragraphe 48.

e-max.it: your social media marketing partner